Mai 25

Synthèse de l’atelier de validation technique du Guide d’éducation au changement climatique pour le développement durable

  1. Introduction

L’atelier de validation technique du manuel d’éducation au changement climatique pour le développement durable  s’est tenu, du 20 et 21 mars 2019, à la Maison de la femme à N’Djamena. Organisé par le Ministère de l’Environnement, de l’Eau et de la Pêche  à travers le projet AMCC, l’ atelier a vu  la participation  d’une soixantaine des personnes  issues des Ministères en charge  de :

  • l’Environnement, de l’Eau et de la Pêche ;
  • l’Education Nationale et de la Promotion Civique ;
  • l’Enseignement Supérieur ;
  • la production animale ;
  • l’Agriculture ;
  • de l’Energie et de la Société

L’objectif global de cet atelier est de valider techniquement le guide  d’Education au Changement Climatique (ECC).

La première journée des travaux est marquée par la cérémonie d’ouverture, les  présentations,  les échanges et les travaux de groupes.

  1. Cérémonie officielle d’ouverture

La Cérémonie  d’ouverture est ponctuée par deux  interventions :

  • Les mots de bienvenue du Coordonnateur de l’Alliance Mondiale contre le Changement Climatique au Tchad (AMCC-Tchad);
  • L’allocution de la Directrice Générale Adjointe du Ministère de l’Environnement de l’Eau et de la Pêche. 

Dans son discours d’ouverture, Madame SADIE  DABA Ousmane, la Directrice Générale Adjointe du Ministère de l’Environnement, de l’Eau et de la Pêche a rappelé le processus ayant conduit à l’élaboration du guide d’Education au Changement Climatique pour le Développement Durable et l’importance de l’éducation au changement climatique, avant de  remercier  l’Union européenne  pour sa contribution financière à l’élaboration dudit guide.

Ensuite, la Directrice Générale Adjointe a exhorté les participants à examiner minutieusement le document  soumis  à leur appréciation. Elle a fini ses propos en déclarant officiellement ouverts les travaux de l’atelier. Une photo de famille  a mis terme à cette phase de cérémonie.

Après la cérémonie d’ouverture, un présidium a  été mis en place. Ce présidium  est composé de quatre personnes et présidé par Monsieur AHMAT AGALA, Cadre de la Direction des Forêts  et de la Lutte contre la Désertification, secondé par Mme  DJAMBAYE Rebecca, Directrice Adjointe  de l’Education Environnementale et de la Lutte contre les Changements Climatiques et deux(02) rapporteurs :

  • Monsieur MAINA Edmond, chef de Division de l’Education Environnementale à la Direction et de l’Éducation Environnementale et de la Lutte contre les Changements Climatiques
  • Monsieur NGUINAMBAYE Jérémie, chef de Division de l’Éducation Civique, de l’Information et des Statistiques de la Direction de l’Enseignement Primaire.

Par la voix de son président ,le présidium a demandé la présentation individuelle  des participants suivie de l’adoption de l’agenda.

.

  • Présentations

Les trois présentations relatives à l’objectif de l’atelier, l’état des lieux du niveau d’intégration du  changement climatique dans les programmes de formation aux niveaux primaire, moyen et secondaire et les curricula ont été présentés respectivement par Dr Benoit SARR, Dr BAOHOUTOU LAOHOTE et Monsieur MOULKOGUE BOULO Felix.

L’objectif de l’atelier  présenté par Dr Benoit SARR est axé sur la  validation technique du guide d’éducation au changement climatique et le rappel des notions suivantes : (i) Les résultats, (ii) Les effets, et les (iii)Impacts.

La présentation sur l’état des lieux du niveau d’intégration du climat dans les programmes de formation aux niveaux primaire, moyen et secondaire a été faite par Dr BAOHOUTOU LAOHOTE, consultant chargé de l’élaboration dudit guide. Il  a axé sa présentation sur (i) la méthodologie, (ii) l’état des lieux, (iii) le contenu de formation, (iv) le guide du formateur et (v) la stratégie d’intégration. A la fin de son intervention, le Dr BAHOUTOU a conclu que chaque personne participe aux changements climatiques.

Quant à la troisième présentation, Monsieur Moulkogue Boulo Felix du CNC, a mis l’accent sur  les Curricula et les disciplines d’accueil, les finalités, les buts, les objectifs et les exemples des leçons.

D’après le présentateur,les curricula vont de l’école primaire au lycée en passant par le collège.

  1. Echanges et discussions

Les échanges et discussions ont  porté essentiellement sur : (i) l’intégration de la chimie dans les disciplines d’accueil, (ii) l’intégration de la notion de l’empreinte écologique, (iii) l’intégration de l’ECC dans les écoles de formation professionnelle, (iv) l’insertion   du Changement Climatique dans les sujets des examens et  des concours de fin d’année,(v) l’intégration de l’ECC dans le cursus scolaire, (vi) l’appellation du document à valider et (vii) la durée du projet AMCC.

Au cours de ces échanges, le Consultant et les personnes ressources ont apporté des réponses et des contributions satisfaisantes aux différentes préoccupations.

  1. Travaux de groupe

Après  le temps des échanges, vient le tour de Monsieur Arsène DJOULA pour présenter  les termes de référence des travaux de groupe. Ces termes de référence sont articulés autour des objectifs et de la méthodologie. Ces travaux de groupe sont focalisés sur la préface, les orientations générales, l’objectif de Education au chagement climatique, l’état des lieux du niveau d’intégration du climat dans les programmes de formation aux niveaux primaire, moyen et scondaire , les curricula de formation,  les leçons par cycle et par niveau.

Trois(03) groupes de travail ont été constitués avec des thématiques relatives aux trois ordres d’enseignement du Guide.  Les travaux de groupe ont conduit les participants jusqu’à la fin de la journée.

  1. Restitution des travaux de groupes

A l’ouverture de la deuxième journée, les travaux de groupe se sont poursuivis. Les trois groupes de travail ont restitué tour à tour les résultats de réflexion. Après la restitution, se sont suivis les échanges et discussions.  C’est au cours de ces échanges que la lumière a été faite sur le document à valider, de même que sur les questions de stratégie de mise en œuvre des thématiques. Toutes les observations et contributions seront intégrées pour l’enrichissement du guide d’Éducation au Changement Climatique. A l’issue de ces échanges qui ont duré trente minutes, le Guide d’éducation au changement climatique pour le développement durable a été adopté. Ils ont mis fin aux  travaux de l’atelier pour faire place à la cérémonie de clôture .

  • Recommandations

A L’issue de cette assise, les participants ont formulé les recommandations suivantes :

  • A l’endroit de la Direction de l’Education Environnementale et de la Lutte contre les Changements Climatiques
  • diffuser le guide de l’Education au Changement Climatique (ECC) ;
  • Expérimenter l’ECC dans les établissements pilotes en collaboration avec le Centre National des Curricula.
  • A l’endroit du Centre National des Curricula

Elaborer le manuel de l’enseignant et de l’apprenant en collaboration avec la Direction de l’Education Environnementale et de la Lutte contr les Changements Climatiques.

  • A l’endroit du projet AMCC
  • Accélérer le processus de finalisation du guide sur l’ECC;
  • Appuyer l’élaboration du manuel de l’enseignant et de l’apprenant ; 
  • Editer le guide de l’ECC. 
  • Cérémonie de clôture

La cérémonie de cloture a été marquée par la lecture des recommandations etl’allocution de la Directrice Adjointe de la Direction de l’Education Environnementale et de la Lutte contre les Changements climatiques.

Dans son intervention, Madame DJAMBAYE Rebecca a remercié au nom du Ministère de l’Environnement de l’Eau et de la Pêche et indiqué sa pleine satisfaction pour les résultats atteints par l’atelier, avant  de déclarer  clos les travaux de l’atelier national de validation technique  du guide d’Education au Changement Climatique pour le développement durable.

Lien Permanent pour cet article : https://amcc.tchadenvironnement.org/synthese-de-latelier-de-validation-technique-du-guide-deducation-au-changement-climatique-pour-le-developpement-durable

Juin 03

Synthèse des ateliers de consultation des parties prenantes et de validation d’une note conceptuelle d’un projet sur la résilience climatique à soumettre au Fonds Vert Climat (FVC)

  1. Introduction

Il s’est tenu les 14 et 18 mars 2019, deux (02) ateliers de consultation des parties prenantes et validation d’une note conceptuelle d’un projet sur la résilience climatique à soumettre au Fonds Vert Climat (FVC) àNdjaména. Une quarantaine de participants de différents secteurs (Ministères sectoriels, organisation de la société civile, les institutions de recherche, les partenaires techniques et financiers) y ont pris part.

 L’objectif de ces deux ateliers est (i) d’approfondir et d’élargir le processus consultatif avec les parties prenantes sur l’ambition affichée pour ce projet et la stratégie proposée pour sa mise en œuvre, (ii) procéder à la validation de la note technique.

L’ouverture a été faite par Mme Djangbeye Rebecca, Directrice adjointe de la Direction de l’Education Environnementale et de la Lutte contre les changements climatique (DEELCC), qui dans son mot d’introduction a souhaité la bienvenue à tous les participants. Elle a souligné l’importance particulière de cet atelier qui offre une opportunité pour le Tchad d’accéder aux financement du Fonds Vert Climat pour la mise en œuvre des actions destinées à la lutte contre les changements climatiques au Tchad.

Par ailleurs, elle a relevé que des efforts considérables ont été consentis par le Tchad et ses partenaires pour intégrer les changements climatiques dans les politiques et stratégies nationales et sectorielles. Elle a salué les appuis financiers remarquables de l’Union Européenne à travers le Projet AMCC-Tchad pour mettre en place les différents mécanismes de la gouvernance climatique. Elle a terminé ses propos en souhaitant plein succès aux travaux de l’atelier.

Après le mot d’ouverture de l’atelier, les participants ont mis en place un présidium composé de :

  • Présidente : Mme Djangbeye Rebecca, de la DEELCC
  • 1er Rapporteur : Mr Ayday Lintel, de l’ANAM
  • 2ème Rapporteur : Mr Ngabo Ganda de Lead Tchad

Un tour de table a été fait pour la présentation des participants à l’atelier suivi de la présentation et l’adoption de l’agenda après quelques amendements.

  1. Synthèse de l’atelier 1 sur la consultation des parties prenantes
  2. Présentation des objectifs et des résultats de la mission exploratoire

La première présentation est relative à l’objectif de l’atelier qui est d’approfondir et d’élargir le processus consultatif avec les parties prenantes tchadiennes sur l’ambition affichée pour ce projet et la stratégie proposée pour sa mise en œuvre. Il s’agit plus spécifiquement de : (i) présenter l’ébauche de la note conceptuelle aux parties prenantes tchadiennes, (ii) mieux circonscrire les zones d’interventions du projet, (iii) recueillir les observations et recommandations des parties prenantes tchadiennes, (iv) affiner l’approche et la stratégie du projet, ainsi que l’envergure et l’échelle des activités envisagées, (v) poursuivre la collecte d’informations sur la problématique et sur les zones d’interventions, (vi)mener des entretiens ciblés avec les acteurs locaux à travers leur représentation nationale, (vii) identifier les meilleurs arrangements institutionnels à mettre en place pour la mise en œuvre du projet et (viii) estimer les coûts associés aux activités retenues.

La deuxième présentation concerne le compte-rendu de la première mission exploratoire de consultation avec les parties prenantes nationale de décembre 2018. Cette mission a rencontré une cinquantaine de personnes représentant différentes catégories de parties prenantes (autorités centrales, services techniques, OSC, PTF, recherche, etc.). Elle a permis d’analyser la problématique de la vulnérabilité des communautés et des écosystèmes dans les zones semi-arides du Tchad. Cette mission a diagnostiqué les facteurs limitant du développement des systèmes de production agricoles (accès à l’eau, la dispersion des efforts qui réduit l’impact des interventions, le faible développement des services climatiques, le faible développement des systèmes de recherche agricole et de vulgarisation. La mission a ensuite recensé les innovations passées, récentes, cours ou en matière de la lutte contre les changements climatiques. Parmi ces innovations qui peuvent faire l’objet de réplication dans le cadre de ce projet, on peut citer les centres de service du projet PRIRT, les fermes agricoles communautaires intégrées du projet du projet Fleuve. La mission a inventorié de nombreuses interventions dont: AMCC-Tchad, P2RS, PARSAT, FLEUVE, PAPAT, ProPAD, PDDA/PNSIR, SISAAP, PDRLIAT, PIRPT, PRAPS, PASTOR, PREPAS, SECADEV, CONCERN Worldwide, DESIRA, LOCAL, PDRLIAT, PRODEPECHE, Laboratoire pour la Résilience au Tchad. Toutefois, une dispersion des efforts qui réduit l’impact des interventions a été notée.

  1. Travaux des groupes

Ensuite, les participants se sont repartis en trois (03) groupes dont les TDRs portaient sur les points ci- après : (i) décrire les vulnérabilités et les impacts des aléas climatiques dans les zones arides et semi-arides du Tchad, en s’inspirant de documents de référence comme la CDN, la SNLCC, PANA, (ii) décrire les principales causes profondes/barrières qui ont limité jusqu’ici la portée des interventions (d’ordres social, sexo-spécifique, fiscal, réglementaire, technologique, financier, écologique, institutionnel, etc.), (iii) recenser les initiatives innovantes (passées, actuelles ou en cours), (iv) décrire les composantes, les effets et les activités envisagées pour traiter les barrières susmentionnées et qui conduiront aux résultats attendus, (v) décrire comment les activités décrites dans la proposition vont se conformer au cadre réglementaire et juridique au niveau national et (vi) analyser les risques financiers et opérationnels et les mesures d’atténuation identifiées à ce stade.

Il est à retenir que l’exercice a permis aux participants d’être informés des procédures de formulation des projets, à savoir la détermination des problèmes, des barrières des solutions à travers la proposition des composantes, des effets et des activités des projets.

  1. Synthèse atelier 2 sur la validation de la note conceptuelle

L’atelier 2 du 18 mars a commencé par le rappel des activités de la journée du 14.

Cet atelier 2 a été également marqué par (i) la présentation de la matrice d’analyse des risques opérationnels et financiers, (ii) la présentation du draft de la note conceptuelle à partir des inputs fournis par les travaux de groupe de l’atelier 1, (iii) des  travaux de groupe dont l’objectif était de s’approprier du contenu du draft de la note conceptuelle, (ii) de proposer des amendements / enrichissements et de la valider.

  1. Analyse des risques opérationnels et financiers

Le consultant a passé en revue la méthode d’analyse du risque à savoir : le type de risque, la description de risque, le niveau des risques, la probabilité et les mesures d’atténuation. Il s’agit en effet des risques qui peuvent entraver la bonne marche du projet. L’analyse des risques est faite à travers une matrice portant les éléments suivants : (i) type de risque, (ii) description du risque, (iii) niveau du risque, (iv) probabilité de risque et (v) mesure d’atténuation.

  1. La présentation de la note conceptuelle

A la suite des travaux de groupe de l’atelier du 14 mars (consultations des parties prenantes), un draft de la note conceptuelle a été élaboré. La présentation a fait un focus sur les barrières suivantes qui ont été identifiées par les participants :

o          un cadre de gouvernance inadapté et peu performant face aux aléas climatiques,

o          de faibles capacités techniques et technologiques et un accès limité aux technologies,

o          un contexte social marqué par les conflits intercommunautaires liés aux règles coutumières de gestion du foncier et à la compétition quant à l’accès aux ressources en terres et en eau,

o          les difficultés financières et le faible accès au crédit.

A partir de ces barrières, trois composantes ont été proposées. Chaque composante comprend 2 à 3 « effets »

Composante 1 : Renforcement du cadre institutionnel de gestion des systèmes de production dans les zones semi-arides face à la variabilité et au changement climatique

Effet 1.1. Un programme de renforcement des capacités de gestion des risques climatiques dans les systèmes agro sylvo pastoraux des zones semi-arides est développé et mis en œuvre

Effet 1.2. Une revue des plans de développement locaux et des principales stratégies et politiques sectorielles (agriculture, élevage, foresterie) est effectuée en vue d’intégrer les risques climatique

Composante 2 : Renforcement de la résilience au changement climatique des systèmes agro-sylvo-pastoraux par la diffusion de stratégies et pratiques innovantes d’adaptation et l’amélioration de l’accès aux crédits

Effet 2.1 : Des pratiques agricoles et des infrastructures innovantes et résilientes au climat sont mises à l’échelle

Effet 2.2: L’accès aux services financiers pour soutenir le développement agricole est amélioré

Composante 3 : Gestion et valorisation des connaissances

Effet 3.1. Les conditions agro-météorologiques au niveau des sites du projet sont suivies et les besoins en information sont identifiés ; les prévisions météorologiques, y compris l’alerte précoce, sont élaborées, diffusées et utilisées par les communautés vulnérables pour soutenir une agriculture résiliente au climat.

Effet 3.3. Les leçons apprises sont documentées et partagées avec les décideurs, les communautés et les partenaires au développement.

Pour chaque composante et effet, un ensemble d’activités prioritaires à mettre à œuvre a été proposé.

  1. Travaux de groupe

Les participants ont été répartis en trois groupes.  Chaque groupe a traité une composante déterminée. Il a été demandé aux groupes (i) d’analyser la pertinence des composantes, des effets, et des activités proposés au regard des barrières retenues ; (ii) d’analyser les activités proposées (nombre, superficie…) ; (iii) d’estimer les quantités, et d’estimer les coûts.

  1. c) Discussions sur la zone d’intervention et l’intitulé du projet

Des discussions générales engagées sur le choix de la zone d’intervention du projet, il a décidé de ne pas retenir la région du Lac, notamment la partie occidentale compte tenu du niveau de risque et de la probabilité d’occurrence du risque liée à l’insécurité dans la zone (risque lié aux attaques terroristes de Boko Haram). La réunion a retenu la zone du Kanem et du Barh El Ghazal et la parte orientale de la région du lac.

Les participants ont, par ailleurs, retenu le titre du projet ci-après « Renforcement de la résilience au changement climatique des communautés locales et des écosystèmes dans les régions semi-arides du Tchad ». Il vise à renforcer la résilience du secteur agricole et des communautés rurales face aux effets négatifs du changement et de la variabilité climatique sur systèmes agro-sylvo-pastoraux.

  1. c) Validation de la note conceptuelle

Suite aux restitutions des travaux de groupe et des discussions générales, la note conceptuelle a été validée moyennant la prise en compte des observations faites par les participants.

A la fin de l’atelier un mot de clôture a été prononcé par la Directrice adjointe de la DEELCC.

Fait à N’Djamena, le 18 mars 2019

Les Rapporteurs

Lien Permanent pour cet article : https://amcc.tchadenvironnement.org/synthese-des-ateliers-de-consultation-des-parties-prenantes-et-de-validation-dune-note-conceptuelle-dun-projet-sur-la-resilience-climatique-a-soumettre-au-fonds-vert-climat-fvc

Mai 09

Voyage d’étude d’échange et de partage d’expérience des organisations des producteurs d’élevage (ALISEI/SAHEL ECODEV dans la plaine de Gara/ Salamat)

1- CONTEXTE ET JUSTIFICATION

La République du Tchad et l’Union européenne ont signé le 13 décembre 2013 une convention de financement du projet N°DCI-ENV/024-595 intitulé AMCC au Tchad « Adaptation aux effets du Changement Climatique et développement des énergies renouvelables ». L’objectif du projet est d’appuyer le Tchad dans la mise en œuvre d’une réponse nationale aux défis posés par le changement climatique et de contribuer ainsi à l’émergence d’une économie résiliente au changement climatique par le renforcement de la gouvernance climatique et la réalisation des projets de terrain s’inscrivant dans les priorités du Programme d’Action National d’Adaptation (PANA).

C’est dans ce cadre que le Ministère de l’Environnement, de l’Eau et de la Pêche et l’ONG ALISEI ont signé un contrat de subvention afin de mettre en œuvre le projet ENV/2016/380-140 ALISEI « Amélioration de la gestion concertée des ressources pastorales dans la plaine de Gara/Salamat pour une conservation intégrée et durable dans la zone périphérique du Parc National de Zakouma ». ce  projet vise à «Améliorer la gestion concertée des ressources pastorales pour une
conservation intégrée et durable dans la zone périphérique du Parc National de Zakouma (PNZ) ».

Les résultats attendus de ce projet sont : (i) L’accès aux ressources pastorales est facilité à travers la création des ouvrages hydrauliques et la sécurisation des parcours pastoraux dans la zone périphérique du parc de Zakouma (R1) ; (ii) la gouvernance des ressources agropastorales et une cohabitation pacifique sont améliorées à travers le dialogue, la concertation et des conventions sociales (R2) et (iii) l’accès aux services sociaux innovants de base (eau potable, santé animale et humaine) est assuré en zone pastorale (R3).

Au titre du résultat 1, les activités réalisées ont porté essentiellement sur : (i) l’aménagement de deux mares pastorales (d’Adoumosso et d’Amkamboullah/Ardeba) munies de forages solaires et d’un dispositif antiérosif et (ii) la mise en place du comité de gestion des infrastructures pastorales et des points d’eau, (iii) la production et l’installation des balises en vue de la délimitation des couloirs de transhumance. Pour le résultat 2, les activités ont porté sur la mise en place et l’animation d’un cadre de concertation régional et le renforcement de la capacité techniques et matérielles de la plateforme de dialogue multi acteurs  

Enfin, pour le résultat 3, les activités ont porté sur les offres et services sociaux de bases, notamment : la construction des mini-pharmacies vétérinaires et des parcs de vaccination du bétail et le forage d’eau potable pour la consommation humaine.

Ces différentes réalisations du projet (aménagements, des mares, construction des mini pharmacies, délimitation des couloirs de transhumances, etc.) permettent de renforcer la capacité d’adaptation et de résilience des bénéficiaires (éleveurs transhumants et d’agro éleveurs) face aux conséquences néfastes de la variabilité et du changement climatique. Elles constituent, par ailleurs, des expériences positives que les organisations des producteurs d’élevage pourraient capitaliser en vue de renforcer la gestion durable et concertées des ressources pastorales et les dupliquer dans leurs zones respectives. De même, il est nécessaire de partager ces expériences à travers les Radios communautaires des zones cibles.

C’est dans ce sens que le Ministère de l’Environnement, de l’Eau et de la Pêche à travers le projet AMCC-Tchad prévoit effectuer un voyage d’étude, d’échange et de partage d’expériences des organisations des producteurs d’élevage dans la province de Salamat afin de capitaliser les bonnes pratiques d’adaptation au changement climatique mise en œuvre par le projet ALISEI/SAHEL ECODEV.  Pendant cette mission, les pasteurs et agropasteurs) des autres provinces (Batha et Guera) du Tchad visiteront, échangeront et sur les activités réalisées et leurs modes de gestion, la mise en place, la responsabilité et fonctionnement des comités de gestion des ouvrages pastorales et ensuite capitaliser les bonnes pratiques d’adaptation au changement climatique.

2- OBJECTIFS

Ce voyage d’étude vise à renforcer les connaissances techniques des organisations des producteurs d’élevage en vue de lutter contre le changement climatique au Tchad. Spécifiquement, il s’agira d’échanger, de partager les expériences et capitaliser les bonnes pratiques d’adaptation en vue d’une gestion concertée des ressources pastorales

3- RÉSULTATS ATTENDUS

  • Les expériences positives en matière d’élevage sont échangées et partagées entre les producteurs d’élevage des provinces de Salamat et ceux du Guera et du Batha.
  • Les connaissances techniques des organisations des producteurs d’élevage sont renforcées.
  • Les réalisations visitées sont diffusées à travers les Radios communautaires.
  • Les témoignages/commentaires sur les activités du projet sont recueillis.

Lien Permanent pour cet article : https://amcc.tchadenvironnement.org/voyage-detude-dechange-et-de-partage-dexperience-des-organisations-des-producteurs-delevage-alisei-sahel-ecodev-dans-la-plaine-de-gara-salamat

Mar 24

Atelier national de validation des données de la base de données de suivi de l’adaptation au changement climatique au Tchad du 25 au 29 mars 2019 à la maison de la femme (N’Djamena)

1 – CONTEXTE

Le projet AMCC-Tchad «Adaptation aux effets du changement climatique (CC) et développement des énergies renouvelables » a crée depuis 2017,  au profit de la Direction de l’Education Environnementale et de la Lutte contre les Changements Climatiques (DEELCC), un système informatisé pour le suivi-évaluation de l’adaptation des projets s’inscrivant dans le Programme d’Action National d’Adaptation (PANA) du Tchad et l’évaluation à moyen terme de la performance en matière d’adaptation au changement climatique. La Base de Données (BDD) permet de rassembler les acteurs œuvrant dans le domaine de l’adaptation et de la résilience face aux aléas climatiques autour d’objectifs et de principes communs.  C’est une application web permettant d’enregistrer et d’analyser des données de terrain afin de produire l’information permettant le développement d’un système d’information national sur la mise en œuvre des projets d’adaptation.

En d’autres termes, il repose sur une base de données centrale qui propose toutes les fonctionnalités nécessaires pour stocker et traiter l’ensemble des données sur l’adaptation au changement climatique.

La mise en place d’une BDD sur l’adaptation au CC vise à favoriser (i) la mobilisation et la mutualisation des données des différents acteurs de façon à les rendre facilement accessibles et de permettre une veille nationale sur l’adaptation au CC, (ii) la valorisation de l’information et le développement des synergies entre acteurs, (iii) la mutualisation des outils permettant la lisibilité, la transparence et la traçabilité des données sur l’adaptation au CC au Tchad.

Depuis sa création, un important travail de maintenance corrective / évolutive et d’alimentation en données de la BDD a été effectué. Le présent atelier est organisé afin de passer en revue et mettre à jours les données de la BDD.

2- OBJECTIF

L’objectif de l’atelier est de procéder à la validation et mettre à jour les données de la BDD pour le suivi de l’adaptation

Conformément à la charte de la BDD.  Les objectifs spécifiques sont :

  • Procéder à l’alimentation en données de la BDD et à leur approbation par les coordonnateurs et chefs de projet terrain,
  • Faire valider les données par le niveau central (AMCC et Direction de l’Education Environnementale et de la lutte contre les Changements climatiques et par les participants) et avoir un consensus autour de la BDD.

4- RESULTATS ATTENDUS

A l’issue de cet atelier,

  • Les participants ont pris connaissance du niveau d’alimentation en données de la BDD,
  • La BDD est mise à jour et les données sont approuvées par les coordonnateurs et chefs de projet,
  • Les données de la BDD sont validées par le niveau central (AMCC, DELCCC et autres participants de l’atelier).

5- METHODOLOGIE DE TRAVAIL

L’atelier comprendra une série de présentation sur les composantes de la BDD, des travaux de groupes sur l’alimentation en données et leur approbation et enfin une restitution pour leur validation en plénière.

Pour ce faire, les équipes des projets terrain doivent se munir en vue des travaux de groupes des documents ci-après :

  • Les rapports d’activités annuels et trimestriels ;
  • Les systèmes de SE (Excel) mis à jour ;
  • les fiches de collecte de données de terrain renseignées ;
  • les fiches de suivi budgétaire comportant les coûts des activités du projet
  • le tableau des ateliers et divers évènements mis à jour,

6- PARTICIPANTS

Les participants à cet atelier seront : l’équipe de l’AMCC, les administrateurs et gestionnaires de la BDD, des cadres de la DEELCC, le FSE, les points focaux et cadres des ministères partenaires, les universités et instituts de recherche, etc., soit (30) trente-cinq personnes.

7- DUREE ET LIEU L’atelier se déroulera du 25 au 29 mars 2019 à

Lien Permanent pour cet article : https://amcc.tchadenvironnement.org/atelier-national-de-validation-des-donnees-de-la-base-de-donnees-de-suivi-de-ladaptation-au-changement-climatique-au-tchad-du-25-au-29-mars-2019-a-la-maison-de-la-femme-ndjamena

Mar 19

Atelier de validation technique du manuel d’éducation au changement climatique pour le développement durable, Ndjamena, CEFOD, du 20 au 21 mars 2019

TERMES DE REFERENCE

1 – CONTEXTE

Les changements climatiques représentent une menace pour la société du fait de leurs interactions complexes avec de nombreux autres enjeux, comme le développement économique et la réduction de la pauvreté. Les pays en développement dont le Tchad, sont les moins responsables du changement climatique, mais les plus vulnérables face au réchauffement climatique. Or, le principal défi consiste à réaliser les Objectifs de Développement Durable (ODD) tout en promouvant un développement à faible émission de gaz à effet de serre et une résilience des communautés avec des moyens de subsistance d’une manière qui ne menace pas la production alimentaire. Il est tout aussi important de dispenser de l’éducation et de la formation que de sensibiliser largement le public sur la question. En effet, l’éducation au changement climatique en vue d’un développement durable a donc un rôle central à jouer en aidant le public et surtout les jeunes générations à comprendre les enjeux, se sentir concernés, changer de modes de vie et de comportement pour faire face aux changements climatiques. La Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique (CCNUCC) en son article 6, prône l’éducation, la formation et la sensibilisation au changement climatique. De même, l’Accord de Paris en son article 12 et sur bien d’autres instruments encourage l’élaboration et la mise en œuvre de programmes d’éducation et de formation au changement climatique.

La République du Tchad a entrepris au cours de ces dernières années des efforts considérables afin d’intégrer la dimension changement climatique dans ses politiques et stratégies nationales de développement. S’agissant de l’éducation au changement climatique, des premiers pas ont été entrepris par le Projet AMCC qui a appuyé l’intégration de la dimension Changement Climatique dans les programmes de formation au niveau de l’Université de N’Djamena. En dépit de ces efforts, le pays devra par conséquent doubler encore d’efforts pour intégrer la dimension Changement Climatique dans ses programmes de formation au niveau de l’enseignement primaire, secondaire et universitaire.

C’est dans ce cadre que le Ministère de l’Environnement, de l’Eau et de la Pêche (MEEP) à travers le Projet Alliance Mondiale contre le changement climatique (AMCC) et la Direction de l’Education Environnementale et de la lutte contre les changements climatiques (DEELCC) en partenariat avec le Centre National de Curricula (CNC) du Ministère de l’Education Nationale ont démarré le processus d’élaboration d’un manuel d’éducation au changement climatique pour le développement durable au Tchad. Le présent atelier est organisé pour valider ledit manuel d’éducation au changement climatique.

2- OBJECTIF

L’objectif de l’atelier est de procéder à la validation technique du manuel d’éducation au changement climatique pour le développement durable.

Les objectifs spécifiques sont :

  • Procéder à un examen critique du rapport et formuler des suggestions et recommandations en vue d’enrichir le rapport,
  • Obtenir à travers la validation, un consensus autour du manuel ;
  • D’impliquer le plus possible les enseignants ou formateurs qui sont les principaux utilisateurs du manuel ;
  • Aider le MEN à obtenir un manuel didactique sur les CC

4- RESULTATS ATTENDUS

A l’issue de cet atelier,

  • Les participants ont pris connaissance du contenu de l’étude,
  • Les participants ont formulé des suggestions et recommandations pertinentes pour enrichir le rapport,
  • Le manuel d’éducation au changement climatique pour le développement durable est amendé et validé d’un point de vu technique par l’ensemble des participants.
  • Le MEN s’approprie du manuel, en fait tien et l’intègre dans le programme d’enseignement

5- METHODOLOGIE DE TRAVAIL

L’atelier comprendra une série de présentation sous format Power Point du contenu du manuel. Les présentations seront suivies par des questions-débats.

Les présentations porteront sur :

  • la méthodologie de travail utilisée pour collecter les données et informations,
  • l’état des lieux du niveau d’intégration de l’éducation au changement climatique dans le système d’éducation (primaire, collège et lycée),
  • les curricula de formation : thèmes retenus et disciplines d’accueil,
  • le guide du formateur (niveau primaire, collège et Lycée),
  • les auxiliaires pédagogiques.

Le rapport provisoire du manuel sera transmis avec la lettre d’invitation pour permettre aux participants de prendre connaissance de son contenu et de formuler des suggestions et recommandations avant l’atelier.

Au cours de l’atelier, des travaux de groupe seront organisés et permettront de passer en revue les observations, commentaires, suggestions et recommandations en vue d’enrichir le document. Les termes de référence des travaux de groupe seront établis à cet effet.

A la fin de l’atelier un communiqué final de l’atelier sera élaboré et adopté par l’ensemble des participants.

Les amendements issus des participants à cet atelier national seront pris en compte dans les versions finales des documents officiels.

6- PARTICIPANTS

Les participants à cet atelier seront des enseignants, des chercheurs, des spécialistes en sciences de l’éducation, en politiques de l’éducation en particulier dans le domaine de l’environnement, des cadres des ministères (Enseignement supérieur, Education Nationale ; formation professionnelles, Jeunesse et de la culture, Environnement, Agriculture, Elevage, Energie, etc..) la société civile, etc., soit une soixantaine (60aine) de participants.

7- DUREE ET LIEU

L’atelier se déroulera du 20 au 21 mars 2019 à N’Djamena.

Lien Permanent pour cet article : https://amcc.tchadenvironnement.org/atelier-de-validation-technique-du-manuel-deducation-au-changement-climatique-pour-le-developpement-durable-ndjamena-cefod-du-20-au-21-mars-2019

Mar 04

Synthèse de l’atelier d’information, de sensibilisation et d’identification Des institutions nationales à accréditer aux fonds climatiques internationaux

Dans le cadre de la mise en œuvre des activités du projet AMCC-Tchad, un atelier sur l’information, la sensibilisation et l’identification des institutions nationales à accréditer auprès des  fonds climatiques internationaux s’est tenu du 14 au 15 février 2019, au Centre pour la formation et le développement ( CEFOD) à N’Djamena. Cet atelier a regroupé plus de 25 participants dont quatre femmes venus de différents départements Ministériels,3 points focaux des conventions sur le changement climatique (FA, FVC, CCNUCC), des organisations de la société civile, ONG, etc.

L’ouverture de l’atelier a été faite par le Directeur de l’Education Environnementale et de la Lutte Contre le Changement Climatiques M. Mahamat Hassan Idriss.

Un mot introductif du Directeur de l’Education Environnementale et de Lutte contre les Changements Climatiques, du Ministère de l’Environnement, de l’Eau et de la pêche (MEEP) a été prononcé pour signifier l’importance de cet atelier..

Selon le Directeur, cet atelier constitue une suite logique des précédents travaux qui se sont déroulés les 11 au 13 février 2019 au CEFOD, dans le cadre de la gouvernance de l’Autorité Nationale Désignée (AND) du MDP.

Après l’ouverture de l’atelier, un Présidium a été mis en place pour assurer la coordination de l’atelier. Il est composé de :  

  • Président : M. Ahmat Agala
  • Premier rapporteur : M. Ahina Adrinkaye
  • Deuxième rapporteur : Mme Laoukounda Regine

A l’entame des travaux, le président a énoncé quelques règles de conduite à tenir durant l’atelier (l’usage des téléphones en pleine séance, les sorties abusives, la prise de parole, conformité des échanges avec la thématique de l’atelier, etc.). Il s’en est suivi d’une présentation des participants et la photo de famille.

Lien Permanent pour cet article : https://amcc.tchadenvironnement.org/synthese-de-latelier-dinformation-de-sensibilisation-et-didentification-des-institutions-nationales-a-accrediter-aux-fonds-climatiques-internationaux

Fév 18

Synthèse de l’atelier sur la Gouvernance de l’Autorité Nationale Désignée (AND) du Mécanisme de Développement Propre (MDP) au Tchad

L’atelier sur la gouvernance de l’Autorité Nationale Désignée (AND) du MDP s’est tenu, du 11 au 13 février 2019, au CEFOD à N’Djamena. Cet atelier a regroupé une trentaine des participants de différents départements Ministériels et les organisations de la société civile.

L’ouverture de l’atelier a été faite en présence du coordonnateur du projet AMCC M. Sanda Bakari et  du Directeur de l’Education Environnementale et de la Lutte Contre le Changement Climatiques M. Mahamat Hassan Idriss.

Après avoir souhaité la bienvenue aux participants, M. Mahamat Hassan Idriss a souligné l’importance de l’atelier  dont l’objectif est de rendre opérationnelle l’AND pour le MDP. . Il a souhaité plein succès aux travaux de  l’atelier.

Après l’ouverture, un présidium a été mis en place. Il est composé de :

  • Président : M. Ahmat Agala
  • Premier rapporteur : M. AYDAY Lintel
  • Deuxième rapporteur : Mme ROSINE Tatoloum Ondé
  • Troisième rapporteur : MOUSSA Idriss

Le président  a énoncé quelques règles  de conduite de travaux de  l’atelier.

Après l’adoption de l’agenda qui comporte cinq présentations à savoir : (i) les objectifs de l’atelier; (ii) les instruments juridiques et politiques de la mise en œuvre de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC); (iii) le Mécanisme de Développement Propre (MDP); (iv) le marché du carbone et (v) les principales informations pour la conception et la mise en œuvre des projets MDP, Il en est suivi d’une  présentation des participants et la photo de famille.

Lien Permanent pour cet article : https://amcc.tchadenvironnement.org/synthese-de-latelier-sur-la-gouvernance-de-lautorite-nationale-designee-and-du-mecanisme-de-developpement-propre-mdp-au-tchad

Fév 13

Atelier d’information, de sensibilisation et d’identification d’institutions nationales à accréditer au fonds climatiques internationaux du 14 au 15 février 2019 au CEFOD à N’Djamena

L’objectif principal de cet atelier est de sensibiliser et d’identifier des institutions nationales susceptibles d’être accréditées auprès des fonds climatiques (Fonds pour l’Adaptation et Fonds Vert Climat) afin de permettre au Tchad d’accéder directement aux financements des Fonds climatiques internationaux.

L’atelier sera constitué de différentes sessions de présentation et d’échanges en plénière sur les fonds climatiques et les capacités requises pour l’accréditation aux fonds climatiques et des travaux de groupe portant sur l’évaluation des capacités des institutions à assumer le rôle de l’Institution Nationale de Mise en œuvre (INM).

Les points qui seront présentés et discutés au cours de l’atelier sont :

  • La finance climatique,
  • Le Fonds d’adaptation,
  • Le Fonds Vert climat,
  • Le processus d’accréditation aux fonds climatiques : capacités requises,
  • L’accréditation du FSE : Etat d’avancement et difficultés rencontrées
  • Evaluation des capacités des institutions nationales à assumer le rôle d’INM et identification d’INM potentielle
  • Processus de candidature, plan de travail et calendrier d’activités des INM potentielles.

Lien Permanent pour cet article : https://amcc.tchadenvironnement.org/atelier-dinformation-de-sensibilisation-et-didentification-dinstitutions-nationales-a-accrediter-au-fonds-climatiques-internationaux-du-14-au-15-fevrier-2019-au-cefod-a-n

Fév 13

Atelier sur la Gouvernance de l’Autorité Nationale Désignée (AND) du Mécanisme de développement propre (MDP) du Tchad du 11 au 13 février 2019 au CEFOD à N’Djamena.

L’objectif principal de l’atelier est de doter le Tchad de compétences et de capacités nécessaires pour mettre en place une AND dans le cadre du Mécanisme de développement propre (MDP) du Protocole de Kyoto et la rendre opérationnelle afin qu’elle puisse jouer pleinement ses rôles et ses fonctions.

L’atelier sera constitué de différentes sessions constituées de présentation en plénière, d’échanges et des travaux de groupe sur les attributions, l’organisation et le fonctionnement, l’établissement d’un plan de travail pour l’opérationnalisation des AND.

Les points qui seront présentés et discutés au cours de l’atelier sont désignés comme suit :

  • Instruments juridiques et politiques de mise en œuvre de la CCNUCC,
  • Fonctionnement du MDP,
  • Fonctionnement du marché carbone,
  • Principales informations pour la conception et la mise en œuvre de projets MDP,
  • Rôles, responsabilités de l‘AND,
  • Structure de gouvernance du MDP au Tchad ;
  • Plan de travail 2019 de l’AND

Lien Permanent pour cet article : https://amcc.tchadenvironnement.org/atelier-sur-la-gouvernance-de-lautorite-nationale-designee-and-du-mecanisme-de-developpement-propre-mdp-du-tchad-du-11-au-13-fevrier-2019-au-cefod-a-ndjamena

Nov 25

LES ENJEUX DE LA 24ÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES (COP24)

Lire la note technique à l’attention des négociateurs climat et de la délégation du Tchad.

Lien Permanent pour cet article : https://amcc.tchadenvironnement.org/les-enjeux-de-la-24eme-conference-des-nations-unies-sur-les-changements-climatiques-cop24

Nov 25

Arrêté portant Création, Attributions, Composition et Fonctionnement de l’Autorité Nationale Désignée du Mécanisme de Développement propre au Tchad (AND-MDP)

Télécharger le fichier PDF

Lien Permanent pour cet article : https://amcc.tchadenvironnement.org/arrete-portant-creation-attributions-composition-et-fonctionnement-de-lautorite-nationale-designee-du-mecanisme-de-developpement-propre-au-tchad-and-mdp

Load more