Juil 30

[Synthèse]: Schéma Directeur pour le Développement des énergies renouvelables au Tchad

L’atelier National de validation technique du Schéma Directeur pour le Développement des Energies Renouvelables, s’est déroulé à la Maison de la Femme au quartier N’DJARI, du 16 au 17 juillet  2018. Au total, une soixantaine de participants ont pris part à cet événement. Il s’agit principalement des cadres du Ministère du Pétrole et de l’Energie et des acteurs impliqués dans la mise en œuvre du projet AMCC-Tchad, notamment les Ministères sectoriels (Environnement, Enseignement Supérieur, Agriculture, Elevage, etc.), le secteur privé et la Société Civile.

La cérémonie d’ouverture a été marquée par les mots du Secrétaire Général (SG) du Ministère du Pétrole et de l’Energie, suivi du discours d’ouverture du Secrétaire Général du Ministère de l’Environnement, de l’Eau et de la Pêche (MEEP).

Le Secrétaire Général du Ministère du Pétrole et de l’Energie, s’est réjoui de la collaboration de son département avec celui du  Ministère de l’Environnement, de l’Eau et de la Pêche, dans la mise en œuvre du projet AMCC-Tchad et a rassuré qu’après la validation, ce schéma directeur ne restera pas dans les tiroirs. Les dispositions les plus idoines seront prises  pour son appropriation et sa mise en œuvre. Il sera mis à la disposition, de tous les acteurs intervenant dans le secteur de l’énergie.

Le SG du Ministère de l’environnement, de l’Eau et de la Pêche (MEEP), dans son discours, a adressé ses mots de bienvenue aux participants. Il a ensuite, fait l’état des lieux du secteur de l’énergie du Tchad marqué par le faible taux d’accès à l’électricité de la population (6,4%). Il a en outre, indiqué que la production d’électricité est assurée essentiellement par le diesel alors que notre pays dispose d’un potentiel considérable en énergies renouvelables (solaire, éolien et la biomasse) encore sous exploité.  L’objectif est de mettre en exergue la demande actuelle et future, y compris  la capacité et la propension des citoyens à payer l’électricité ainsi que les potentiels en termes d’énergie  renouvelable de chaque région. Il vise à donner aux acteurs (publics et privés) les éléments nécessaires pour le déploiement des Energies Renouvelables. Il est attendu de la mise en œuvre complète de ces programmes d’investissement régionaux que le taux d’accès à l’électricité passe de 6,4% actuel à plus de 30%. Ainsi, la disponibilité et l’accessibilité énergétique contribueront aux efforts nécessaires pour l’atteinte de l’émergence du Tchad à l’horizon 2030.

 

Ensuite, le SG a remercié tous ceux qui ont  activement participé à l’élaboration du document, particulièrement Monsieur Bob Andriansiferana, expert en énergie renouvelable du projet et les partenaires techniques et financiers, l’Union européenne pour le financement de cette étude à travers le  projet Alliance Mondiale contre le Changement Climatique.

Pour terminer son mot, le SG a invité les participants à participer activement et de manière constructive aux travaux. Sur ce, il a officiellement ouvert les travaux de l’atelier.

Après la cérémonie d’ouverture, un présidium a été mis sur pied, suivi de la présentation des participants et la validation de l’agenda.

Les travaux proprement dits se sont structurés autour de trois présentations en plénière avec des Questions/ Réponses suivis des travaux de groupes.

Les 2 premières présentations se sont axées sur « la méthodologie de collecte des données  ». Les  présentateurs ont montré les procédures par lesquelles ils arrivent à collecter les données nécessaires pour évaluer la demande en énergie électrique et le potentiel solvable. Pour faire cette étude d’après les présentateurs, des enquêtes socioéconomiques, énergétiques et climatologiques ont été menées auprès des administrations, des ménages et des PME dans toutes les régions du Tchad de septembre 2016 à novembre 2017. Plus de 2 000 ménages et PME ont été interviewés sur leurs: (i) capacité et propension à payer l’électricité, (ii) besoins en énergie, (iii) matériels électroménagers, (iv) connaissances des EnRs, etc. Auprès de l’Administration, les données démographiques et climatologiques de chaque région ont été aussi collectées. Notamment les données sur le potentiel en EnR de chaque région et sur la répartition de la population dans les régions, ont été collectées.

La 3eme présentation est portée sur « Les résultats des travaux obtenus». L’objectif de cette étude est l’élaboration du schéma directeur pour le développement des énergies renouvelables, plus spécifiquement le programme d’investissement ainsi que l’analyse financière et économique en fonction de la demande actuelle, future et les offres potentielles en termes d’énergie renouvelable dans les 23 régions du pays.

La synthèse de ce programme d’investissement donne pour les 22 régions hormis N’Djamena le déploiement de : (i) 855 973 kits solaires dans les localités de moins de 1000 habitants ; (ii) 1391 minicentrales photovoltaïques (PV) avec batterie dans les localités de 1000 à 5000 habitants ; 84 centrales hybrides (PV-Diesel) avec batterie dans les localités de 5000 à 20 000 habitants ; (iv) 38 centrales photovoltaïques (PV-Diesel) au fil du soleil dans les localités de plus de 20 000 habitants.

Le déploiement de ces équipements permettra d’éviter 111 010 teqCO2 par an et d’économiser 39 180 m3/an de gasoil soit une économie de 22 332 600 000 F CFA/an  (34 043 597 Euros/an) avec un coût total des investissements pour toutes les 22 régions  s’élevant à  693 699 672 Euros soit 455 066 984 832 F CFA.

L’atelier a été également marqué par l’organisation des travaux de groupes suivi de restitution et des échanges.

Ces travaux ont pour objet de permettre aux participants (i) de s’approprier du contenu du SDEnR, (ii) d’apprécier les hypothèses et la méthodologie, (iii) d’analyser les programmes d’investissement (iv) de proposer des amendements pour l’enrichissement du document.

Quatre (04) groupes ont été formés. Et il a été demandé aux deux 1ers groupes de travailler sur l’Adéquation Offre/demande et les deux derniers groupes sur le Programme d’investissement et analyses économiques et financières. A l’issu de ces travaux, les différents groupes ont fait des remarques et suggestions technique de la forme et du fond du document SDEnR.

Enfin, le document du Schéma Directeur pour le développement des Energies Renouvelables (SDEnR) a été validé par les participants sous réserve de la prise en compte de toutes les observations issues des travaux en groupe et de la plénière.

Recommandations

  • Considérant l’importance du secteur de l’énergie dans le développement économique d’une nation ;
  • Considérant le faible taux d’accès à l’énergie électrique en République du Tchad ;
  • Considérant la volonté du gouvernement tchadien de faire de la République du Tchad un pays lumière, attractif et prospère ;
  • Considérant l’engagement de la République du Tchad dans la lutte contre le changement climatique et la préservation de l’écosystème ;
  • Considérant les objectifs de l’Alliance Mondiale Contre le Changement Climatique (AMCC) en matière de l’environnement et dans le souci d’apporter de l’énergie propre et durable à la population du Tchad;
  • Considérant l’énorme potentiel en énergies  renouvelables de la République du Tchad,
  • Considérant l’importance du Schéma Directeur des Energies Renouvelables,

Nous, participants à l’atelier national de validation  du schéma directeur du développement des énergies renouvelables qui s’est tenu du 16 au 17 juillet 2018 à N’Djamena, recommandons ce qui suit :

 A l’AMCC-Tchad :

  1. Ressortir les résultats de l’analyse des revenus des ménages dans le corps du document ;
  2. Doter le SDEnR d’une Stratégie pour son financement ;
  3. Prendre en compte les propositions d’amélioration et d’enrichissement qui découlent des travaux des groupes;

Au Gouvernement et au Ministère du Pétrole et de l’Energie :

  1. Mettre en place des mesures incitatives entre autres l’exonération totale des équipements en EnRs, accès aux prêts concessionnels ;
  2. Mettre en place une unité d’assemblage et de production des équipements solaires pour les rendre plus disponibles et accessibles à tous les usages. Ce qui permettra au Tchad de servir de Hub pour toute la Région de la CEEAC ;
  3. Améliorer le cadre réglementaire, institutionnel et juridique pour le développement du partenariat public-privé et la promotion des EnRs.
  4. Elaborer une Stratégie Nationale pour l’Electrification Rurale sur la base de laquelle il faudra formuler un projet de promotion et de vulgarisation des EnRs ;
  5. Mobiliser le financement nécessaire pour la formulation de la Stratégie et de la mise en œuvre du Projet de Promotion et de Vulgarisation des EnRs ;
  6. Veiller à une appropriation effective du SDEnR par tout le personnel des Directions techniques de l’Energie ;
  7. Faire la mise à jour périodique du Schéma Directeur des EnRs et le rendre disponible à tous les acteurs ;
  8. Intégrer dans l’instruction du projet sus visé relatif à la Promotion et à la Vulgarisation des EnRs, un volet renforcement de capacités au bénéfice de tous les intervenants;
  9. Faire suivre la validation technique par une validation politique de tous les documents de stratégie et de politique énergétique déjà validés ou en cours de validation ;
  10. Réaliser des études complémentaires sur le potentiel éolien et en biomasse 

A l’Agence Nationale de la météorologie

  • Renforcer le système d’observation, de collecte et d’analyses de données climatologiques pour une meilleure connaissance du potentiel éolien au Tchad.

 

Fait à N’Djamena le 17/07/2018

             Les participants

Lien Permanent pour cet article : http://amcc.tchadenvironnement.org/synthese-schema-directeur-pour-le-developpement-des-energies-renouvelables-au-tchad